« L’économie pour les nuls » appliquée à SAFRAN

l'économie-pour-les-nulsTélécharger le Tract : « L’économie pour les nuls »

Appliquée à SAFRAN

La majeure partie de la population ne possède que peu de connaissances dans le domaine de l’économie. Les élites au pouvoir et les puissants uniquement préoccupés d’objectifs électoraux et financiers, surfent avec un grand mépris sur cette ignorance.

Notre système économique capitaliste dit « de marché » est basé sur la rentabilité du capital investi et les retours attendus sur les investissements. Pour cela, il faut créer de la richesse laquelle est obtenue par le travail des femmes et des hommes qui produisent des biens et des services.

Il y a donc une tension permanente entre les détenteurs des capitaux et les salariés que ce soit sur le contenu du travail, son organisation ainsi que sur le choix de la répartition des richesses créées.

La comptabilité des entreprises, au mépris de toutes les autres parties intéressées (salariés, fournisseurs, puissance publique) ne s’intéresse qu’à restituer aux actionnaires une vision de l’état de leur patrimoine et de l’évolution de sa valeur. C’est une évidente lacune, qui n’est pas comblée par les éléments complémentaires aux données chiffrées

À cela s’ajoute une dimension importante du capitalisme contemporain, la mondialisation financière où domine la mise en concurrence par le dumping fiscal, social et environnemental.

Pas d’exception pour Safran, ces dernières années, la production représentée ci-dessous par le chiffre d’affaire par salarié ne cesse de progresser avec les gains de productivité.

chiffredaffairerealise_salarie

Nota :     Les chiffres présentés sont calculés par salarié afin de mieux appréhender l’exercice.

Après déduction des consommations de l’exercice (achat et sous-traitance), des impôts et des taxes, la richesse créée en interne par les salariés SAFRAN est représentée ci-dessous par la Valeur Ajoutée. La VA passe de 80 000€ / salarié en 2008 à 120 000€ / salarié en 2015 :

richessecreeesvaleurajoutee_salarie

Le Résultat Brut d’Exploitation (RBE) est le solde entre la valeur ajoutée créée et les frais de personnel totaux. Le RBE est l’indicateur de la performance d’exploitation du groupe, il est généré par l’activité courante sans prendre en compte ni la politique d’investissement ni la gestion financière.

Regardons maintenant la part des frais de personnel SAFRAN dans les richesses créées  VA :

 fraisprofessionnel_va

Nota :     Toutes les données sont issues des documents de référence publiés par Safran.

Le Résultat Opérationnel Courant (ROC) prend en compte l’investissement, l’usure des équipements, à travers les dotations aux amortissements et les risques d’exploitation par le biais des provisions.

Nota : en 2015, le résultat opérationnel est impacté par une perte de 698 Millions d’Euros imputables en partie au Silvercrest (-654 M€).

Le Résultat Net (RN) prend en compte les résultats financiers (politique de financement, change,…), les résultats exceptionnels (Ex : cession,…) et les impôts sur les sociétés.

Nota : En 2015, la cession des titres Ingenico rapporte 421 M€.

rbe_roc_rn_salarie

Le Résultat Net mesure la performance globale, il fait l’objet d’une affectation chaque année par le Conseil d’Administration qui est soumise au vote des actionnaires en Assemblée Générale. Ce résultat  peut être mis en réserve pour renforcer les capitaux propres et/ou mis en report à nouveau au bilan pour permettre par exemple d’anticiper de futures pertes et/ou être distribué en dividendes aux actionnaires.

À Safran, une part du Résultat Net est mise en report à nouveau au bilan et l’autre part est distribuée en dividendes aux actionnaires.

dividendesremontes_salarie

En 2015, chaque salarié remonte 8200€ de dividendes soit au total 575 Millions d’Euros. Depuis 2008 ce sont 2,7 milliards d’Euros distribués aux actionnaires.

Pour les actionnaires et les marchés financiers, les dividendes ne sont pas les seuls revenus puisqu’il faut prendre en compte la valorisation de SAFRAN qui est passée de 5,8 Md€ début 2008 à 28 Md€ début 2017. Tout cela, dans un contexte de spéculation active des marchés financiers.

valorisatioonboursieresfran

Afin de mieux garantir les revenus du capital en phase avec les marchés financiers, au cas où nos dirigeants auraient quelques velléités de justice sociale, le système les a transformés en actionnaires à l’aide de mécanismes pécuniaires indexés sur la performance financière (stocks options, bonus, distribution d’actions gratuites, etc.…) pour faire en sorte que leurs intérêts soient convergents avec ceux des actionnaires.

Les conséquences de ce processus pour Safran sont  la délocalisation en pays « low cost », la mise en sous-traitance, le manque d’investissement, le manque d’embauche, la stagnation des salaires et les cessions (Ex : Téléphonie ou Morpho qui nécessitaient des investissements), l’intérêt de la direction générale étant directement lié à celui des actionnaires.

L’équilibre des pouvoirs n’étant pas en faveur des salariés, leur part recule alors que leur force de travail produit de plus en plus de richesses.

Pour la CGT, la démonstration est faite que les ressources existent pour une politique salariale de revalorisation des salaires conséquente afin de rattraper les retards.  Mais ce n’est pas dans ce sens que les directions des différentes sociétés du groupe vont engager fin janvier, les NAO.

Vous l’avez compris, seul un rapport de force important permettra d’inverser la tendance.

La CGT, est déterminée à le construire avec vous…

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Administrateur Conseil Administration, Communiqué, NAO, Safran, Tract. Ajoutez ce permalien à vos favoris.