Comité d’Entreprise Européen Safran : Projet de rapprochement Airbus/Safran

Comité d’Entreprise Européen Safran
8/7/2014

 

Projet de rapprochement Airbus/Safran

Coentreprise (JV) Hispano-Rolls-Royce, la CGT exige une information consultation loyale de la Direction Safran

 

Comme toutes les entreprises de dimension européenne Safran dispose dun comité dentreprise européen.

Les « entreprises de dimension européenne« , sont les entreprises qui emploient plus de 1 000 travailleurs dans les pays membres de l’Union européenne (UE) ou de l’Espace économique européen (EEE) et 150 travailleurs ou plus, dans au moins deux Etats-membres.

Les prérogatives du comité d’entreprise européen Safran sont définies par la loi et les accords que la CGT a signé comme suit :
Le
comité d’entreprise européen (CEE) est informé ou consulté sur les questions de nature transnationale, c’est-à-dire celles qui concernent tout le groupe ou des établissements présents dans au moins deux pays..

L’information du CEE par l’employeur consiste à lui transmettre des données utiles afin qu’il puisse évaluer en profondeur les conséquences des mesures proposées. La consultation consiste, pour les représentants dans les CEE, à formuler leur avis sur les mesures proposées.

Mais quand est-il en réalité sur 2 dossiers dactualité européenne SAFRAN que sont la création dune JV ROLLS /HISPANO en Pologne et la création dune autre sur le spatial avec Safran et Airbus.

Sur ces 2 dossiers La direction générale de Safran refuse toute information, consultation du comité dentreprise européen pourquoi ?

Sur la JV Rolls/Hispano:

Le projet a incontestablement une dimension européenne

Il concerne deux groupes industriels européen et implique un choix d’allocation, de la charge d’étude et de fabrication, liée aux nouveaux programmes Rolls et donc une analyse de l’intérêt d’une nouvelle implantation industrielle ‘bas coût’ en Europe ou ailleurs.

Il implique des transferts d’effectifs et des évolutions importantes pour les travailleurs qui seraient concernés, sur les sites français et polonais

Ce constat nest pas remis en cause par le fait que le choix opérationnel le plus important pour Hispano, sur la période 2015-2020, réside dans l’allocation des charges de RTDI et de production liées aux programmes Leap.

Au contraire, bien que le choix du lieu d’implantation ne dépende pas uniquement d’Hispano, il devrait être pris en cohérence avec la stratégie industrielle affichée par le Groupe : stabilisation de l’effectif France (voire croissance pour l’effectif R&D), nouvelles implantations en zones bas coût (Europe de l’Est, Maghreb…)

Cela pose, en revanche, la question des critères de décision en matière d’allocation de charges industrielles, car ce projet peut être considéré comme ‘témoin’ de la politique industrielle Groupe. En effet ce projet de JV conduirait à une baisse de charge à Colombes évaluée à 20 000 h entre 2015 et 2018 (-9%) et un basculement de charge de production par la création d’ usines Safran en Europe dans des pays bas couts. .

Sur la JV Safran/Airbus pour le spatial :

Sur une question d’avenir de «l’Europe spatiale »de niveau européen dans le domaine économique, financier ou social, la proposition de JV conduirait à une rupture de politique dans la gouvernance.

Safran et Airbus se positionnent en sauveurs de la filière spatiale sur fond de crise européenne  en omettant de parler des effets d’aubaines que sont les aides publiques liées aux programmes d’états.

Malgré ses succès techniques en matière de lanceurs, « lEurope spatiale » voit sa gouvernance remise en question dans un contexte de concurrence agressive.

La gouvernance serait cause de surcoûts : ainsi le CNES est critiqué par les 2 industriels que sont Airbus et Safran pour la lourdeur des processus imposés pour le développement et la production.

Sachant que la situation dArianespace (vecteur de commercialisation, de subventionnement, et porteur du risque économique pour la filière) serait ambiguë et devrait évoluer.

Un scénario dévolution probable (non arrêté à ce jour) serait un partenariat public-privé articulant les relations entre lESA et la JV, et confiant à des industriels le pilotage dune large partie de la filière.

Une telle évolution serait, selon Safran, la plus efficace pour pérenniser la filière par un plan doptimisation des processus et de réduction des coûts.

A moyen terme, au niveau européen, l’atteinte des objectifs de réduction de coûts est critique pour la compétitivité de la filière, mais reste une inconnue pour les élus. Encore théoriques en octobre 2014, les conséquences suivantes devraient être anticipées et discutées en temps utile avec les partenaires sociaux et donc le CEE :

Simplifications attendues dans la gouvernance, les process de conception et de production

=> repositionnements des salariés européens dont la charge de travail diminuerait ainsi

Augmentation des cadences comme levier de réduction des coûts

=> réorganisation de la production européenne voire intensification du travail, avec un besoin de formation pour les salariés concernés

Et la encore nous sommes confrontés à un projet ayant incontestablement une stratégie et une dimension européenne

Pourtant, cette reconfiguration de l’outil industriel aéronautique européen à des fins financières se déroule dans un contexte de développement massif des besoins en matières de spatiale et de transport aérien, sans débat avec les élus du CEE Safran et encore moins avec les parlementaires Français et Européens.

La présence publique dans le capital du groupe doit servir les États, l’Europe et les salariés du groupe pour garantir la vocation industrielle et la qualité des productions, et non livrer le groupe et ses partenaires aux appétits des marchés financiers.

C’est pourquoi les élus CGT du CEE Safran demandent la mise en place d’une véritable information consultation loyale, comme défini par l’accord sur les choix stratégiques et financiers du Groupe Safran à l’égard de la filière, qui semblent davantage se subordonner aux lobbying et aux stratégies des grands groupes qu’à l’intérêt national.

 Paris le 24/10/14

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Communiqué. Ajoutez ce permalien à vos favoris.