Pour de véritables négociations salariales dans le groupe Safran !!!

Pour de véritables négociations
salariales dans le groupe Safran !!!

Augmenter les salaires: une des exigences pour sortir de la crise

Nous sommes au cœur d’une campagne idéologique sans précédent pour faire de la masse salariale (souvent dénommée par le patronat « coût du travail ») le facteur responsable d’un manque de compétitivité des entreprises françaises et le mal à combattre. Cette approche dogmatique revient à admettre de fait, qu’aucune activité ne pourrait être préservée si on compare les salaires existants dans notre pays avec ceux, pour ne citer que cet exemple, de la Chine !

La compétitivité est ciblée comme un parasite économique lorsqu’il s’agit des salaires des travailleurs, mais comme logique et louable lorsqu’il s’agit de la rémunération des actionnaires ou patrons.

Ceux-là mêmes qui nous expliquent, nous culpabilsent indiquant que nous gagnerions trop avec 1 à 3 fois le SMIC, alors qu’ils s’empochent sans vergogne eux 150 à plus de 200 fois le SMIC. (M. Gallois : 2,7 millions€ en 2011, + 22% par rapport à 2010)… Patron, bien présentable, qui a donné des éléments au gouvernement pour revitaliser l’industrie en France au sens libéral reconnu par ses pairs et Mme Parisot en première ligne.

Changeons de cible :

Ce ne sont pas les salaires et l’emploi les parasites économiques mais « le coût du capital ». Voilà le fauteur de trouble économique qui alimente la précarité, le chômage, la pauvreté : en un mot (maux) la crise.

Alors revenons à ce besoin urgent d’augmenter les salaires comme un élément déterminant au développement économique, social et de l’emploi : en un mot de la croissance(la vraie utile).

Un salaire qui réponde vraiment aux besoins du travailleur, au regard de l’évolution de la société (pays) dans laquelle il vit. Le salaire signifie, une rémunération qui soit associée à la qualification de l’individu pour un temps de travail donné. Une hiérarchie des salaires basée sur la qualification, classé en coefficient (niveau, échelon). Une logique qui diffère de celle aujourd’hui en vigueur basée sur le poste tenu et souvent sur le comportement ou la docilité de l’individu.

Un salaire qui permette réellement de vivre et qui s’ouvre dans une perspective de carrière et d’évolution salariale.

Des seuils d’accueils des jeunes, diplômés sortis des écoles ou qualifiés par un parcours professionnel antérieur, qui soit réellement attractif, motivant et non pas comme actuellement où il cotoie de plus en plus le SMIC, sans véritable reconnaissance de la qualification acquise. C’est ainsi que la CGT propose le CAP à 20% au dessus du SMIC (1700 euros), le Bac Pro à 40% au dessus du SMIC, le BTS/DUT à 60% au dessus du SMIC et l’ingénieur à 2 fois le SMIC (voir grille au verso).

Les primes ne doivent être que des « plus » consécutifs à des conditions de travail particulières (conditions qui doivent sans cesse s’améliorer). Elles ne doivent plus être des éléments auxquels les salariés sont attachés uniquement pour arriver à boucler leurs fins de mois et faire vivre plus dignement leur famille.

On nous rétorque : « mais ce n’est pas possible » !!!

OUI c’est possible !!!

L’argent existe réellement, mais il est détourné pour alimenter, rémunérer, banquiers et actionnaires. Savez-vous que la part des salaires dans le prix de vente d’une voiture est de 8,5%, pour les appareils informatique elle n’est que de 1,5%.

Safran détient des carnets de commandes exceptionnels avec des résultats financiers records. Jamais ces niveaux n’avaient été atteints !

Les actionnaires du groupe Safran se sont augmentés en 2011 de plus de 20% !!! Nous qui sommes les créateurs de ces richesses. Cette mane financière devrait être intégrée durablement dans les salaires

OUI, c’est possible !

Mais, il faut que nous combattions les critères actuels de nos employeurs par le chemin de la lutte revendicative, dans une démarche collective et l’unité des salariés.

La démarche individuelle pensant que l’on est meilleur que l’autre et que l’on va s’en sortir seul est illusoire. Le rendement de cette démarche est faible et le plus souvent au prix de reniement de ses propres valeurs, ses pensées, son être, …

Alors que les patrons exhortent un « choc de compétitivité », nous avons a opposer un « choc revendicatif », tous ensemble ; Ouvriers, Administratifs, Techniciens, Ingénieurs et Cadres, pour une véritable politique salariale et de l’emploi, alors oui, c’est possible !

PROPOSITION GRILLE SAFRAN :

Afin de freiner la mise en concurrence entre les salariés du Groupe Safran, la CGT Safran met en débat une grille unique pour les 37000 salariés des sociétés constituantes de Safran France

Grille_salaires

A cette grille nous associons quelques autres éléments de références structurants :

  • Un SMIC à 1.700€ (salaire de référence pour un individu sans qualification reconnue),

  • Un changement de coefficient au moins tous les 4 ans,

  • Un doublement minimum du salaire et de la classification sur la carrière,

  • Une grille et politique salariale unique pour toutes les catégories (cadres et non cadres).

Nous vous soumettons cette grille

en tant que repères.

Cette grille et propositions nous vous les soumettons. Alors dès à présent examiner ces propositions et n’hésitez pas à nous interpeller.

Revalorisation des salaires et reconnaissance des qualifications !

Nos employeurs se plaignent d’une désaffection de recrutement dans l’industrie aéronautique, y compris de hautes formations ingénieurs, au bénéfice d’autres branches plus rémunératrices. C’est bien avec des propositions salariales motivantes et la perspective d’évolution de carrière que notre industrie de l’aéronautique et du spatial sera attractive.

Nos repères revendicatifs, construits notamment autour de la grille de classification unique, constituent les piliers d’une véritable revalorisation des salaires.

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Communiqué. Ajoutez ce permalien à vos favoris.