GROUPE SAFRAN BILAN NAO 2012

Logo_CGT_SafranGROUPE SAFRAN

BILAN NAO 2012

La direction a réuni les syndicats représentatifs de SAFRAN (CGT, CFDT, CGC et FO) le mercredi 5 décembre pour présenter le bilan 2012 des NAO qui ont été menée dans les 15 filiales de rang 1 de SAFRAN.

Dans toutes ces sociétés, un accord a été signé en début d’année. Compte tenu de la diversité des présences et influences de chaque syndicat dans les sociétés du groupe, la CGT a signé 6 accords, la CFDT 10, la CGC 12, FO 5, CFTC 1 et SUD 1.

La direction du groupe est venue à cette réunion avec très peu d’informations à communiquer, sauf un tableau de comparaison entre les budgets totaux (AG + AI), les prévisions d’inflation du gouvernement de début d’année et les chiffres INSEE de fin d’année.

La CGT dénonce « la double peine » de la part de la direction qui s’appuie sur le chiffre prévisionnel du gouvernement, fortement minoré de l’inflation, et puis des chiffres INSEE, de plus en plus contestés.

Pour 2012 : prévision d’inflation du gouvernement à 1,7%, les AG ont été de 1,5% maxi et le chiffre INSEE à novembre 2012 est 1,9%. Première conclusion : l’année 2012 aura vu une nouvelle perte du pouvoir d’achat d’au moins 0,4% sur l’indice IPC INSEE. Ce sont les budgets d’augmentations individuelles qui compensent cette perte ou permettent une progression.

Il faut noter que tous les ingénieurs et cadres n’ont aucune augmentation générale et que l’évolution du salaire relève des appréciations individuelles sur leur travail.

La CGT métallurgie, depuis plusieurs mois, mène un travail approfondie avec la CGT de l’INSEE sur la critique de l’indice IPC qui mesure la hausse des prix, indice qui est une moyenne pondérée, très inférieure à la réalité de la hausse des prix. Les études menées montrent que l’inflation réelle est de 10% supérieur à cet indice IPC depuis 1998. En fait, la CGT dénonce cet indice qui permet aux gouvernements et aux patrons de minorer l’inflation pour faire pression sur les négociations salariales.

Et l’on assiste ainsi à une « smicardisation » des salaires. Le SMIC actuellement de 1425 euros pour un travailleur travaillant 35h sans qualification ne suffit plus à vivre correctement. Et pourtant, les grilles existantes au sein du groupe SAFRAN démarrent au plus bas coefficient à 140 points avec plusieurs centaines d’euros en dessous le SMIC ! Ce qui pénalise, dès l’embauche, les nouveaux embauchés.

Les ingénieurs et cadres ont des minimas à l’embauche définis au niveau de la branche métallurgie, mais dont l’évolution est inférieure à l’évolution du SMIC.

La CGT a donc dénoncé cette manipulation des directions SAFRAN et dans les sociétés pour faire pression sur le niveau des augmentations générales.

Les actions revendicatives menées en février et mars ont permis de faire bouger le « cadrage » que la direction voulait imposer, et permis dans plusieurs accords d’obtenir des avancées substantielles. Ce qui montre la nécessité du débat et de l’action.

La CGT veut accentuer les consultations afin que les salariés puissent s’informer, donner leur avis et que les revendications soient négociées et prises en compte par les directions des sociétés.

Lors de cette réunion avec la DG SAFRAN, la CGT a fait des demandes d’informations :

  • Communiquer aux syndicats le tableau synthétique des accords au sein du groupe
  • Connaissance des différentes grilles de salaires avec les minimas de ces grilles, les minimums garantis société quand ils existent.

Pour infos : au siège safran, le mini garanti est de 1 euro inférieur au smic ! Mais il n’existe pas de grille des salaires à SAGEM (11 établissements).

  • Quelles sont les différentes modalités de calcul du 13ème mois dans les sociétés, et les modalités pour la prime d’ancienneté.

Pour info : il y a une grande disparité des éléments pris en compte, des modes de calcul et de répartition.

  • Diffusion du tableau des minimas à l’embauche appliqué à SAFRAN pour les ingénieurs et cadres, ainsi que la liste des écoles et les catégories.

Pour info : SAFRAN dispose d’un référentiel interne, non négocié, de minimas à l’embauche.

  • Concernant les horaires de travail, état des lieux des modes de contrôle horaire des salariés au forfait jour.

Pour info : depuis les décisions des autorités européennes et des décisions de cour de cassation cet été, la France doit améliorer les contrôles et calcul des horaires des forfaités. Dans plusieurs sociétés du groupe, un contrôle se fait avec les systèmes d’accès sur les établissements.

  • Concernent les bonus accordés aux cadres dirigeants qui représentent plusieurs millions d’euros, 1200 cadres 3C et 3BS perçoivent ces bonus et 300 cadres hors statut ; bonus non négociés et non intégrés dans les NAO.

La réunion se termine avec un échange sur le contexte aéronautique et de la société :

La CGT dénonce l’appel des 98 grands patrons (dont SAFRAN) pour réduire le « coût du travail », réduire les dépenses publiques et obtenir des allègements d’impôts et de cotisations, ce qui donne un sens négatif pour aborder les NAO 2013. La direction confirme cette approche au nom de la compétitivité et souligne la situation dégradée en Europe. La direction précise la situation atypique de l’aéronautique qui connaît un grand succès économique et financier !

Les évolutions du Groupe, avec les changements de périmètres et les embauches conduiraient à une hausse de la masse salariale en 2013, dans le collimateur de la direction financière !

La direction serait-elle gênée pour nous faire accepter une cure d’austérité salariale ?

La CGT confirme ses analyses qu’il faut reconnaître le travail, maintenir le pouvoir d’achat, donner des augmentations générales pour TOUS les salariés (cadres et non cadres) et améliorer les éléments des primes d’ancienneté et de 13ème mois. Ce n’est pas aux salariés de payer la crise financière et de subir l’austérité qui profite aux spéculateurs !

La direction SAFRAN réunira les syndicats le 17 janvier 2013 sur les orientations 2013 qui seront ensuite négociées dans les sociétés. La direction précise qu’elle communiquera sur le « point de départ » des négociations … à nous d’agir pour faire bouger le point d’arrivée !

Paris, le 7 décembre 2012.

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Aircelle, Collectif Jeune Safran, Communiqué, Herakles, Hispano, Labinal, Messier Bugatti-Dowty, Microturbo, Morpho, NAO, Safran, Safran Informatique, Sagem, SEnS, Snecma, SPS, Technofan, Turbomeca. Ajoutez ce permalien à vos favoris.