Communiqué de la COORDINATION CGT

Gonfreville l’Orcher, le 13 Juin 2012

Communiqué
de la COORDINATION C.G.T.
du Groupe SAFRAN des 12 et 13 Juin 2012

La coordination syndicale C.G.T.du Groupe SAFRAN s’est réunie les 12 et 13 Juin à AIRCELLE . Le Groupe est constitué de 19 entreprises représentant 60 000 Salariés dans le monde dont plus de 36 000 en France. La C.G.T., première organisation syndicale du Groupe SAFRAN a examiné la réalité économique et sociale du Groupe.

Forte progression des résultats du Groupe Safran en 2011 :

  • Hausse du résultat opérationnel courant de 35% à 1,2 Md€ (10,1% du chiffre d’affaires) ;
  • Progression du résultat net de 27 % à 644 M€ ;
  • Excellentes perspectives 2012, 2013, …

Les salariés connaissent d’une part une situation florissante de leur société et de leur secteur d’activité, et de l’autre côté une politique sociale extrêmement régressive : en particulier, les salaires pour lesquels la direction du Groupe ne garantit pas le pouvoir d’achat et ce, pour toutes les catégories de salariés à l’exception des cadres dirigeants. Les effectifs sont maintenus à un niveau constant en France, toute la croissance étant strictement réservée aux établissements situés dans des pays à bas-coût social ou en zones dollar. Pour les sites français, la direction opère une reconfiguration consistant en l’embauche d’ingénieurs et cadres destinés, pour la plus part, au pilotage de la sous-traitance au non remplacement des autres catégories de salariés (départs en retraite) alors que les besoins d’embauche sont criants pour ces derniers.

Pour la C.G.T., les fruits de la croissance doivent se traduire par une nécessité de mettre en place un véritable plan d’embauche accompagné des compétences qui permette, d’anticiper la transmission du savoir faire d’ici 2022 dans le cadre du départ des 20 000 salariés du Groupe qui arriveront à l’âge de la retraite. Il y a urgence de mettre en place un plan de formation dans les domaines de l’Aérospatial, de la Défense et de la Sécurité pour assurer les commandes en cours et le renouvellement des générations de salariés.

Par ailleurs la C.G.T. alerte sur la société SLCA dont l’établissement de Florange en Moselle est laissé dans des difficultés importantes alors que les débouchés sur son secteur d’activité de production de pièces aéronautiques en composite est porteur d’avenir. Dans le contexte social extrêmement préoccupant, la C.G.T. considère inacceptable de laisser la société SLCA dans la condition qu’elle connaît.

La C.G.T. s’oppose à l’utilisation abusive du travail intérimaire et de la précarisation des salariés.

La C.G.T. refuse la pénalisation de l’activité syndicale et les mesures discriminatoires pratiquées par le Groupe SAFRAN, dont sont victimes certains militants C.G.T.. Nous comptons bien « ne rien lâcher » dans la défense des intérêts des salariés du Groupe, convaincus qu’elle converge avec l’intérêt du pays.

Il est bon de rappeler que l’Etat détient environ 30% du capital du Groupe SAFRAN et doit user de tout son poids afin que SAFRAN joue pleinement son rôle dans l’industrialisation du pays.

La C.G.T. est porteuse d’une exigence pour un véritable changement au niveau du Groupe SAFRAN. Celui-ci doit passer par le développement de l’emploi en France, la formation professionnelle, l’augmentation des salaires, la reconnaissance de la pénibilité, la revalorisation du travail, un haut niveau de protection sociale et une véritable politique industrielle. Il n’y a pas d’autres issues.

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Communiqué. Ajoutez ce permalien à vos favoris.